Topinambours lacto-fermentés

Une recette idéale pour préparer un légume qui pousse tout seul et qui pose souvent quelques problèmes de digestion!

Après 2 semaines, on obtient des rondelles de topinambour délicieuses et très digestes au goût de cornichon, parfait en accompagnement ou pour agrémenter les salades.

La lacto-fermentation c’est quoi?

En deux mots, il s’agit de plonger des légumes coupés finement dans de l’eau salée à 30 grammes par litre et de laisser fermenter durant 2-3 semaines à température ambiante puis de stopper le processus en mettant le bocal au froid. On obtient ainsi des légumes qui se conservent des mois, sont très riches en nutriments et enrichissent notre flore intestinale.

Pour en savoir plus vous pouvez consulter ce lien qui explique tout en détail.

Ingrédients

Topinambours du jardin ou bio, sel de mer sans additif, eau de source

Préparation

Couper les topinambours en rondelles de 2 mm d’épaisseur après les avoir brossés mais pas pelés

Remplir un bocal jusqu’à 1 cm du bord

Mettre le tout sur une balance et remplir d’eau

Ajouter le sel à raison de 3g pour 100g d’eau

Fermer et bien secouer pour dissoudre le sel

Laisser fermenter durant 2-3 semaines en plaçant le bocal sur une soucoupe (les premiers jours, la fermentation fait fuir le contenant)

Remarques
  • Si vous les cultivez au jardin, préférez au topinambour classique très difficile à laver, le topinambour fuseau qui est bien droit.
  • Il semble qu’une symbiose puisse s’établir entre topinambour et morilles! Je travaille la question actuellement, attentif à mon massif de topinambour plus que jamais! Je vous en dirai plus prochainement.
  • Les tiges de topinambour sont un habitat précieux pour nombre d’insectes, laissez les en place en hiver ou stockez les en fagot dans un coin du jardin
  • Les jeunes pousses peuvent être consommées à la vapeur et les pétales automnaux ajoutés aux salades.

3 Commentaires

  1. Frédéric

    J’ai testé et en effet c’est très bon.

    Réponse
  2. Daniel

    sur certain de topinambour j’ai un mousse blanche assez épaisse qui se forme, que je n’ai pas avec d’autres légumes, l’odeur est quand même agréable avez eu cette réaction?

    Réponse
    • Adrien Auzeil

      Bonjour,

      non, je n’ai jamais constaté ce genre de formation. Vous pouvez rechercher sur le site ni cru ni cuit qui contient beaucoup d’informations peut-être

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

École élémentaire de Doussard

L'école élémentaire de Doussard située au Sud du lac d'Annecy et sur le territoire du Parc Naturel Régional du massif des Bauges a pris contact avec...

Conseil aux jardiniers et permaculteurs débutants

Depuis plusieurs années, je vous accompagne à la création de votre petit coin de paradis! Le printemps se faisant sentir, voilà les détails de cet...

NICOMATIC: Écosystème humain et permaculture en entreprise

Un nouveau projet pour une entreprise cette fois ! L'entreprise Nicomatic spécialisée dans les connectiques et soucieuse de la qualité de vie de ses...

Créer un abri pour la faune simple et naturel

Favoriser l’accueil de la faune dans un contexte artificialisation massive de la nature est devenu indispensable faute de pouvoir aujourd’hui créer...

Activités nature aux Écuries des 1000

Le projet de jardin pédagogique mis en place il y a un an va prendre vie au printemps aux écuries des 1000 à Chilly ! Au programme de supers...

Permaculture et approche naturel au jardin – Février

Une de mes résolutions de cette année est de vous proposer des conseils mensuels par une approche complémentaire d'un jardinage écologique...

Formation “cour d’école du vivant”

Retour sur la première session de formation blanche "cour du vivant" qui a eu lieu en août dernier à l'école Montessori du pays Rochois, lieu idéal...

Permaculture et approche naturel au jardin – Mars

Deuxième volet de conseils saisonniers; mois de mars, la vie se réveille doucement, le jardinier aussi!   Semis Semez en intérieur les tomates,...

Velouté de primevère

Les primevères commencent à pointer le bout de leur nez sur les talus. Ça m’a donné envie de vous partager une recette simple, délicieuse et pleine de nutriments comme toujours avec les plantes sauvages ! 

Inscrivez vous à notre newsletter

Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter pour être informé des nouveautés, ateliers, conférences, recettes et toute l’actualité de la permaculture.

Cultivons ensemble votre projet de permaculture !

Contactez-moi

Pin It on Pinterest

Share This