Bonjour à tous,

pour ce premier post j’ai décidé de vous parler d’une méthode de cuisson que j’aime beaucoup du fait de sa simplicité et de son efficacité: La marmite norvégienne!

Le principe est simple, chauffer un plat de façon classique pendant une durée nettement plus courte que pour sa cuisson traditionnelle puis stocker le contenant dans un réceptacle isolé afin que la cuisson se termine passivement. Dans le cas présenté ici, la soupe a été portée à ébullition à 11h30 et consommée à 19h à bonne température sans réchauffage préalable.

Première étape, pour la conception d’une bonne soupe hivernale, rassembler les légumes de votre choix et les préparer classiquement. J’en profite pour illustrer l’abondance d’un jardin conçu pour produire en toutes saisons. Nous avons ici: un butternut, des navets, radis et carottes de second choix restés au potager tout l’hiver et ayant subi les assauts du gel et des campagnols, pas très présentables mais parfaits pour une soupe! Là on reste dans le légumes d’hiver classique… ensuite viennent s’ajouter un tas de plantes moins communes et offrant de la verdure fraîche durant tout l’hiver. dans l’ordre en partant du bas: roquette cultivée, ciboule, bette, chou daubenton, poireau de vignes, oseille épinard, feuilles de radis, vert d’échalotes, namenia, et la liste pourrait être plus longue! Aucune excuse donc pour ne pas manger de verdure fraîche durant l’hiver sachant que la moitié des plantes citées sont vivaces et ne demandent qu’à être cueillies.

Ensuite couper les légumes en morceaux. Pas nécessairement petits, les gros morceaux cuiront très bien aussi. (pas obligé de tirer la langue..)

Bien mélanger les légumes parce que c’est amusant et les mettre dans une casserole ayant un couvercle dédié assez étanche pour ne pas trop humidifier le contenant et surtout l’isolant

Porter à ébullition quelques minutes

Mettre la casserole dans son caisson isolé. Ici une glacière cassée remplie de chiffons. on place la casserole sur un lit de chiffons, ont rempli ensuite les espaces autour puis dessus et on ferme la glacière.

Plus qu’à attendre… au moins quelques heures. Dans notre cas, 8 heures se sont écoulées, amenant la soupe 58°C, elle a été servie et mangée sans être réchauffée.

Merci à Émile et Ninon pour leur participation enthousiaste et à bientôt!